Vendredi 18 décembre 2020

En visioconférence
Séance 3 : "La patrimonialisation : une recatégorisation des objets sémantiques"

  • Intervenantes : Olga Galatanu et Valérie Rochaix.

Résumé : Déclarer qu’un objet du monde est un objet du patrimoine culturel est un acte qui, du point de vue institutionnel, assure la mise en œuvre de sa protection afin de rendre possible sa transmission. D’un point de vue linguistique, cet acte s’accompagne d’une reconstruction des propriétés sémantiques de cet objet, qui modifie les enchainements prévisibles en contexte.  De « immeuble vieux » donc « à détruire », il déplace les probabilités de construire des énoncés tels que « cet immeuble est vieux donc il doit être conservé ».
 Nous proposons ici une approche onomasiologique et disciplinaire du patrimoine culturel en l’appréhendant comme un processus discursif, et même pragmatique – un fait institutionnel construit (Searle, 1969, 1995b) mais aussi un processus sémantique dans la mesure où il s’appuie sur – en même temps qu’il provoque – une recatégorisation des objets sémantiques ici, « l’immeuble X », dont les affordances artefactuelles s’effacent, ou en tous les cas s’estompent, au profit de celles du patrimoine culturel. Décrit dans le cadre de la Sémantique des Possibles Argumentatifs (Galatanu, 2007, 2009, 2013, 2018), ce mécanisme appelle une ontologie sémantique de la patrimonialisation qui sans contredire la conceptualisation du domaine issue des sciences humaines et sociales insiste sur le processus et sa dimension argumentative.
Notre présentation sera structurée en trois temps : une explicitation de notre double point de vue sur l’objet, qui justifie notre second point, une ontologie sémantique de la patrimonialisation et enfin, une illustration avec un objet du patrimoine bâti.
 

Jeudi 19 novembre - 16h-18h

En visioconférence
"Andrićgrad entre représentation et stéréotype"
  • intervenant : Pr. Kornelije Kvas
    Professeur à l'Université de Belgrade
Résumé : Višegrad, une petite ville sur la rivière Drina, à la frontière entre la Serbie et la Bosnie, est le lieu du roman d'Ivo Andrić, Le pont sur la Drina. Višegrad n’est pas seulement un lieu historique, mais aussi un espace fictif avec une signification symbolique, comme par exemple Macondo de Gabriel García Márquez, une ville fictive décrite dans son roman Cent ans de solitude. Le réalisateur Emir Kusturica a utilisé ce potentiel symbolique ; au début du XXIe siècle, il a créé une nouvelle ville au centre de Višegrad - Andrićgrad (ville d'Andrić). C'est devenu une destination touristique visitée par des touristes de tous les continents.


Vendredi 16 octobre - 13h30-15h30

Salle 508 - Faculté des Langues et Cultures Étrangères
"Critères, valeurs et « regard patrimonial » au XXI siècle"
  • intervenante : Dr. Sophie Eberhardt
Chercheure à l’Université polytechnique de Prague et au Laboratoire d’études géopolitiques et prospectives (Lépac, Nantes).

Résumé : La présentation propose d'examiner comment se forge le « regard patrimonial » qui transforme l'héritage en patrimoine au travers de l'analyse de la réception et des discours. Elle permet de faire émerger les représentations et les valeurs (historiques, culturelles, sociales, etc.) qui entrent en jeu dans le processus de construction du patrimoine des « communautés patrimoniales » (Convention de Faro, 2005), notamment au travers de l'étude du cas de la Neustadt de Strasbourg inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l'Unesco.