https://crini.univ-nantes.fr/medias/photo/bd-humanrights_1582108610653-jpg
  • 08 octobre 2020 > 09 octobre 2020
    Campus Tertre
    false false

Ce colloque se propose d’examiner les liens entre euroscepticisme et protection des droits humains au Royaume-Uni. Le Human Rights Act, entré en vigueur il y a 20 ans, a été depuis souvent attaqué par les Conservateurs, qui ont à plusieurs reprises promis son abrogation à partir de 2010.

Depuis 2016, les arguments mis en avant par les partisans du « Brexit » ont confirmé que la volonté de s’émanciper de la tutelle des institutions européennes en matière de droits humains s’inscrivait dans un mouvement eurosceptique qui précède et dépasse le seul cadre du Human Rights Act. En outre, les débats publics sur l’impact de la sortie éventuelle de l’UE sur la protection des droits humains mettent en évidence des désaccords profonds à propos du fonctionnement des institutions nées de la dévolution et posent des questions de gouvernance et de démocratie. Les divergences sur la question des droits humains représentent-elles une menace de plus pour l’Union entre les quatre nations du Royaume-Uni, déjà mise à mal par le « Brexit » ? Dans quelle mesure l’adhésion à la CEDH et le Human Rights Act ont-ils renforcé la protection des droits humains au Royaume-Uni, et quel pourrait être l’impact de leur éventuel remplacement par une charte britannique des droits fondamentaux ?