Présentation

affiche seminaire page crini flce univ nantes genresLancé en Mars 2019 par Émilie Lehours et Delphine Sangu, sous l’égide du CRINI, à la FLCE (Université de Nantes), ce séminaire transdisciplinaire et transaxe se fixe un double objectif. D’une part, il s’agit d’étudier, de décrypter, voire de décodifier les rapports de genre dans différents domaines tels que l’expression artistique (peinture, littérature, cinéma, séries TV), l’histoire des idées (analyse des écrits canoniques littéraires, institutionnels, religieux, scientifiques), et l’histoire des relations sociales (le travail des femmes en Europe et dans le monde). D’autre part, en rendant visibles des œuvres ou des personnalités, ce séminaire contribue à la création d’un matrimoine sur un espace temporel (XVI-XXI) et géographique large. Cette panthéonisation des femmes ne peut se faire qu’avec la prise en compte des masculinités, majorées (virilisme) ou minorées (homosexualité) dans les discours stéréotypés. Les vides juridiques (le genre dans le langage juridique, égalité de genre y compris LGBTQIA+) et les féminismes émergents (écoféminisme, militantismes) se révèlent un outil indispensable.


Organisation 2019-2020 : Émilie Lehours et Leslie de Bont

Manifestation à venir

  • Séminaire 13 février : « Étranges métamorphoses »
    • Nathalie Grande : « Masculinité rêvée : la végétalisation des héros chez les conteuses »
      La végétalisation des héros de contes s'observe chez différentes conteuses au tournant des XVIIe-XVIIIe siècles (Mme d'Aulnoy, Catherine Bernard, Mme de Murat...).  Quels sens (punition, épreuve, initiation...) peut prendre la métamorphose végétale des héros masculins ? Loin d'être seulement l'occasion d'une neutralisation de la virilité, voire d'une domination féminine, la végétalisation du masculin ne permet-elle pas aussi le déploiement d'un nouveau type de rapports entre les sexes, en particulier avec la proposition d'une sexualité masculine passive, non invasive, et d'autant plus jouissive ?
       
    • Leslie de Bont : « "She was not really used to being alive at all, and that is what made her take to magic so kindly": Sorcellerie et exploration de soi dans Living Alone de Stella Benson et Lolly Willowes de Sylvia Townsend Warner »
      Cette communication proposera une lecture croisée de deux romans de sorcières du début du XXe siècle britannique. Il s'agira d'explorer la manière dont, en jouant sur les caractéristiques du fantastique et du gothic, les textes de Benson (1919) et de Warner (1926) représentent l'entrée en sorcellerie comme une exploration et une remise en question de l'identité genrée de leurs héroïnes.

Manifestation passées

  • Séminaire 28 novembre : « Exploitées ou exploitantes : les femmes et le monde agricole »
    • Michela SACCO-Morel : «  Le caporalato en Italie : un enfer peuplé de femmes »
    • Sylvie Nail : « Femmes, villes, alimentation »
       
  • Séminaire 3 octobre : « Genre et dégenre de la fiction britannique »
    • Marion Letellier : « (Un)sexing the translation : Traduction d’une voix narrative non-genrée dans la nouvelle « Disappearance I », The World and Other Places, Jeanette Winterson (1998) ».
    • Leslie de Bont :  « You forget that she is an exceptional woman » : rôles de genre, génie féminin et androgynie créatrice dans les romans de May Sinclair
       
  • Séminaire 25 avril 2019 : « Discours littéraires et juridiques genrés »
    • Enrica Bracchi  : « Langage législatif italien et français selon une orientation genrée : quelques pistes de réflexion et de comparaison »
    • Émilie Lehours « La face caché du genre : tentative de définition du gender et approche littéraire genrée »
       
  • Toutes les manifestations passées