Les invité·e·s 2021-2022

Nan Gerdes

nan gerdes Nan Gerdes est docteur en littérature comparée de l’Université de Copenhague, Nan Gerdes occupe actuellement une position post-doctorale à l’Université de Roskilde, Department of Communication & Arts (Danemark). Ses activités de recherche portent principalement sur le début de l'ère moderne et pré-moderne dans les études françaises.
L'horizon de ses recherches reste cependant géographiquement et temporellement large. Sur le plan thématique, ses champs d'intérêt sont les intersections entre la littérature, la politique et la construction du soi (y compris les relations avec l'animal et la machine), l'autorité et la communauté.
Elle est collaboratrice du projet « Another Humanism: Gendering Early Modern Libertinism and the Boundaries of Subjectivity », avec Carin Franzén.



Cecilia Rosengren

cecilia rosengren Cecilia Rosengren est professeur associé en histoire des idées et des sciences, au Département de littérature, d'histoire des idées et de religion de l'université de Göteborg dont elle est également la directrice. Ses recherches portent sur l'histoire de la philosophie, et plus particulièrement sur les questions de genre, les problèmes de pensée canonique et l'histoire culturelle et environnementale de l'époque moderne. Elle a écrit plusieurs articles sur les femmes philosophes du début de l'ère moderne et une monographie sur Anne Conway, Conway - Naturfilosofi och kvinnliga tänkare i barockens tidevarv [Conway - Natural Philosophy and Women Thinkers in the Age of the Baroque] (2009). Travaux en cours : (1) les stratégies rhétoriques dans les Orations of divers sorts (1662) de Margaret Cavendish, y compris la reconsidération de l'histoire des idées politiques ; (2) le bonheur et la souffrance dans les écrits de Margaret Cavendish, Anne Conway et Émelie du Châtelet ; (3) les expériences et les conceptions du froid, de la neige et de la glace du Nord pendant le petit âge glaciaire.
Chercheuse invitée, en 2002-2003, Cecilia Rosengren au Centre Alexandre Koyré, EHESS, Paris, en 2015 au Stellenbosch Institute for Advanced Study (STIAS, Stellenbosch, Afrique du Sud), en 2018 au département d'histoire des idées et des sciences de l'université d'Uppsala, elle fait également partie du fonds suédois pour la coopération internationale de la recherche et de l’enseignement supérieur (STINT, The Swedish Foundation for International Cooperation in Research and Higher Education). Membre du comité de rédaction de la revue suédoise d’histoire des savoirs Lychnos, elle est depuis 2007 membre actif du groupe de direction de « The Early Modern Seminar » à la Faculté des Arts de l’Université de Göteborg, et depuis 2018 présidente du réseau de recherche « The Swedish Baroque Academy » (Barockakademien).

Carin Franzén

carin franzen Carin Franzén est professeur à l’université de Stockholm depuis 2020 où elle enseigne la littérature comparée au département de culture et d'esthétique (Professor of Comparative Literature at the Department of Culture and Aesthetics, https://www.su.se/english/profiles/cafr8803-1.463443.
Ses recherches portent sur l'histoire de la subjectivité dans la littérature européenne pré-moderne, moderne et contemporaine. Son cadre théorique s'inspire, entre autres, de la critique psychanalytique, des études de genre et de la théorie du discours.
Carin Franzén est également reconnue pour ses traductions en suédois de Jacques Lacan, Pierre Bourdieu et de Michel Foucault et ses travaux de référence sur Julia Kristeva. Elle a participé en 2021 au colloque de Cerisy sur « Julia Kristeva : révolte et réliance. Humanités, littérature, psychanalyse ».

Carin Franzén coordonne actuellement deux projets de recherche :