• Le 25 avril 2019
    Campus Tertre
  • 16h.

Organisation: Karine Durin / intervenant: Eric Schnakenbourg

Conférence organisée dans le cadre du cycle de séminaires "Le Concert des Nations à l'époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles)"

Jusqu’au XVIIe siècle, les déclarations de guerre sont une pratique commune. Les auteurs du droit des gens insistent sur sa nécessité pour distinguer les temps de paix des périodes de conflit. Parallèlement, peu à peu, les belligérants prennent l’habitude de publier des manifestes justificatifs pour faire connaitre la justice de la cause. L’un des principaux problèmes auquel l’historien travaillant sur les entrées en guerre est confronté est la cohérence entre le début des hostilités et l’officialisation du début du conflit. L’annonce de la guerre a une portée générale qui dépasse les seuls belligérants pour concerner également les puissances neutres dont la navigation et le commerce sont fortement perturbés par les conflits. Les mois précédant le début officiel de la guerre de Sept Ans montrent l’ambigüité d’une conjoncture marquée par la récurrence des coups de force, alors même que la paix, théoriquement, perdure. Malgré l’absence de déclaration en bonne et due forme, la guerre peut être une réalité. Il faut alors se demander ce qui distingue un cycle répété d’hostilités d’un authentique état de guerre, et s’interroger pour connaître le véritable moment de l’entrée dans un conflit. Le plus souvent la déclaration qualifie une situation de belligérance déjà bien réelle, elle officialise la guerre bien plus qu’elle ne l’inaugure.
 
A
Itinéraire vers ce lieu Faculté des Langues et Cultures Étrangères (FLCE) Chemin la Censive du Tertre - BP 81227
Nantes
44300 Nantes