William Hogarth est encore notre contemporain même si sa mort remonte à 1764. Loin d’être tenus à l’écart dans les musées et académies d’art ses dessins débordant de vie et ses idées provocatrices qui constituent son héritage demeurent une puissante source d’inventivité et d’inspiration pour les artistes contemporains, comme elles le furent jadis pour les artistes de son temps, que ce soit sur la page, la scène, la toile ou l’outil numérique.

Après avoir envisagé l’artiste à travers sa philosophie esthétique iconoclaste et son rejet des normes et canons, cette étude en deux volumes aborde la dimension théâtrale de l’œuvre de Hogarth, qui a depuis longtemps fait de lui un interlocuteur précieux pour les acteurs et dramaturges, de David Garrick et Bertolt Brecht à Nick Dear. Sa production trouve encore des résonances évidentes dans le cinéma, la télévision, le roman graphique et l’art moderne, témoignant de son utilisation sans concession et quasi prophétique de l’iconographie, tandis que le roman, britannique et européen, révèle des zones d’influences réciproques, dont les effets sont particulièrement remarquables depuis le Modernisme et jusqu’à aujourd’hui. Débordant d’énergie, de plénitude, d’afflictions, d’entropie et d’empathie, l’univers chaotique de Hogarth tout en beauté et contradictions entretient des affinités étroites avec le nôtre et traduit avec acuité les passions et les combats de nos contemporains.
Les vingt-huit essais rassemblés dans ces deux volumes retracent les héritages foisonnants de William Hogarth et explorent de quelle manière ses œuvres et ses idées furent, et sont encore de nos jours, reconsidérées au Royaume Uni et en Europe où elles demeurent une source d’inspiration. Car cet artiste reste une présence inoubliable, dont la mémoire toujours vive et roborative insuffle son énergie à de multiples formes artistiques, au nombre desquelles le théâtre, les arts visuels, la littérature, le cinéma, le roman graphique et les séries télévisées.