https://crini.univ-nantes.fr/medias/photo/capture-d-e-cran-2021-06-21-a-12-52-22_1624272769146-png
  • Le 16 juin 2021
    false false

La parution de ce dossier d’E-Rea arrive à un moment de l’histoire où les urgences, et les mesures qui tentent d’y apporter des solutions, prolifèrent, s’enchevêtrent et transforment notre perception du monde dans lequel nous vivons. Il s’agit dans ce numéro de cartographier et de comprendre les manières dont les institutions gèrent les données scientifiques relatives aux urgences environnementales, dont les populations y font face, dont les média les traitent et dont les artistes s’en emparent, dans les différents contextes culturels qui constituent l’anglosphère. A la question « que peuvent faire les chercheurs en SHS ? », la réponse est peut-être : créer des espaces pour une analyse approfondie et pluridisciplinaire des enjeux de ces urgences, qui informent non seulement nos thèmes de recherche, mais les conditions mêmes dans lesquelles nous les menons.

Les contributions offrent des perspectives historiques et contemporaines qui éclairent le concept protéiforme d’urgence environnementale ainsi que l’évolution et la diversité des réponses pour y faire face. Pour rendre compte des types d’interactions entre humains et monde non-humain, fondées sur les connaissances et les émotions, les articles sont regroupés non en fonction des approches disciplinaires dans lesquels ils s’inscrivent (littérature, civilisation, arts), mais par types de réactions et de stratégies face à l’urgence.
Sylvie Nail est professeure de civilisation britannique contemporaine à l’Université de Nantes et membre du CRINI (Centre de Recherche sur les Identités Nationales et l'Interculturalité – EA 1162). Ses recherches portent essentiellement sur les relations entre cultures et politiques dans les relations aux environnements naturels en Europe et dans les Amériques sous l’angle des humanités environnementales, depuis la double perspective de l’anthropologie urbaine et des politiques publiques.

Camille Manfredi est professeure de littératures britanniques contemporaines à l’Université de Bretagne Occidentale et membre d’HCTI (Héritages et Constructions dans le Texte et l’Image – EA 4249). Ses travaux portent sur le nationalisme culturel écossais et les intermédialités texte-image-son sous l’angle des humanités environnementales, depuis les théories géocritique et écocritique.