• Le 07 mai 2019
    De 10:00 à 12:00
    Campus Tertre

Nous trouvons-nous, malgré la crise, engagés « sur la voie d'une culture mémorielle européenne » émergente, comme l'affirme la spécialiste des mémoires Aleida Assmann? Ne faut-il pas plutôt envisager les mémoires européennes comme des mémoires intrinsèquement "divisées" plutôt que "partagées"?

Entamée durant les années 1980, la réflexion sur les "lieux de mémoire" (Pierre Nora) a débouché, après 1989, sur un questionnement des conditions de possibilité d’un concert européen des mémoires. Mais penser l'Europe à travers ses mémoires, n'est-ce pas nécessairement retrouver la diversité intrinsèque de l’Europe et la coexistence de plusieurs "espaces mémoriels" qui en découle? N'est-ce pas voir ressurgir des lignes de faille persistantes qui divisent le continent, ces frontières disparues mais toujours là que la géographe Béatrice von Hirschhausen appelle si bien des "frontières fantômes"?
 

Biographie

Thomas Serrier, professeur d'histoire et de civilisation allemande contemporaine à l'université de Lille (UFR LEA - IRHiS), a enseigné à l'IEE de Paris8, à la FU Berlin et à l'Université européenne Viadrina de Francfort-sur-Oder. Il  travaille sur l'histoire germano-polonaise, les régions-frontières et les mémoires européennes. Il est coéditeur de la collection "Frontières fantômes en Europe centrale" aux éditions Wallstein de Göttingen. Parmi ses publications: Regards sur l'Europe, avec Michel Foucher et al., Paris, La Documentation francaise, 2019; Europa. Notre histoire (co-dir. avec Etienne Francois, en coll. avec Pierre Monnet, Akiyoshi Nishiyama, Olaf B. Rader, Valérie Rosoux, Jakob Vogel), Paris, Les Arènes, 2017; "Mémoires européennes. Nouvelles enquêtes" (avec E. Francois), Histoire@Politique n°37, janvier-mars 2019.
https://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=37&rub=pistes
 
A
Itinéraire vers ce lieu Faculté des Langues et Cultures Étrangères (FLCE) Chemin la Censive du Tertre - BP 81227
Nantes
44300 Nantes