• Le 29 avril 2016
    Campus Tertre
    Faculté des Langues et Cultures Étrangères (FLCE)
    Université de Nantes
    Chemin la Censive du Tertre
    BP 81227
    44312 NANTES Cedex 3
    Amphi. 410
    En tram : ligne 2 , arrêt «École Centrale Audencia»
  • De 9h15 à 16h00

La Journée d'Etude « Dette et endettement (économie, littérature, arts) dans les textes médiévaux » , organisée par le CRINI (EA 1162) le vendredi 29 avril 2016, s’inscrit dans la continuité de la Journée d'Etude du 6 mars 2015 « Passages et passeurs : faits, fiction et transitions au Moyen Âge ».

Dette et endettement (économie, littérature, arts) dans les textes médiévaux.

Journée d'Etude "Dette et endettement dans les textes médiévaux"Les textes médiévaux sont parfois comparés à des excroissances de sources qui les précèdent, envers lesquelles ils ont une dette, puisqu'ils y empruntent des éléments, s'en font les passeurs et adaptateurs. La dette littéraire constitue indéniablement l'un des traits définitoires de la production textuelle au Moyen Âge. Preuve en sont, entre autres, Lay le Freine et Sir Launfal, des lais bretons moyen-anglais. Un autre aspect du contexte médiéval concerne l'essor dans l'Occident chrétien à partir du XIIIe siècle d'un système économique florissant. L'expansion économique, concomitante à la croissance urbaine, exerce une influence décisive sur la conception chrétienne de l'argent et des contrats financiers (voir le Tractatus de Contractibus de Pierre Jean de Olivi à la fin du XIIIe siècle). Paradoxalement, dans ce paysage où le commerce et les affaires prennent une place grandissante, les ordres mendiants appellent au dénuement apostolique, et fustigent l'attrait des richesses et des biens matériels. Rien d'étonnant, par conséquent, à ce que le fait de contracter une dette, aux yeux des médiévaux, augure de la perte au sens moral du terme, et soit considéré comme un obstacle au rachat de l'âme dans l'au-delà. (...).
En vers ou en prose, les textes médiévaux attestent l'importance de la notion de dette, qui revêt plusieurs acceptions. En plus de sa signification d'ordre purement financier, la dette peut être d'honneur, de gratitude, d'amour, ou envers la famille, les pairs, le groupe social. Une dette peut aussi être de nature intellectuelle ou esthétique, lorsqu'un auteur rend hommage (paie son tribut, au sens littéral) à ses sources, ou pas. Les romances, lais, épopées, vies de saints, parmi d'autres genres, fournissent des exemples de ce que l'on entend par endettement et redevabilité, et leurs différents sens.

RETROSPECTIVE SUR LA JOURNEE D'ETUDE DU 29 AVRIL 2016 :

Retrouvez les podcasts de la Journée :
Retour en images :