• Le 17 décembre 2020
    false false
  • Le 15 février 2021
    false false

Colloque international, 18-19 novembre 2021, avec le Séminaire interdisciplinaire « Le Concert des Nations à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles), CRINI, CRHIA, L’AMO et la collaboration du projet de recherche « Another Humanism: Gendering Early Modern Libertinism and the Boundaries of Subjectivity » (project funded by Riksbankens Jubileumsfond), Université de Stockholm (Suède).

La thématique proposée envisage d’étudier la place des femmes dans le développement des idées scientifiques de la Renaissance aux Lumières à partir de la notion de curiosité.
Les travaux récents menés sur le rôle des femmes dans la constitution des cabinets de curiosité, au coeur du tournant moderne de l’histoire des collections, ont fait ressortir une dynamique majeure, jusqu’alors ignorée mais pourtant déterminante dans différents contextes de politiques culturelles européennes.
L’objet de ce colloque international invite à considérer la part des questionnements intellectuels des femmes dans la République des Lettres. Une série de questions se posent, en effet, sur la contribution de la curiosité des femmes dans le renouveau des savoirs à l’époque moderne et de la scientia en particulier.
Quelle construction d’une subjectivité féminine ressort de ce rapport nouveau aux choses naturelles (naturalia) ? La curiosité reste-t-elle marquée par la dimension transgressive qui en avait pesé sur elle, durant le Moyen Age notamment ?
Ce désir de savoir (libido sciendi) porte-t-il la marque d’un goût exclusif pour le secret et les arcanes (incluant pratiques médicales, recettes, usage des drogues et poisons) à la Renaissance ? Comment, par ailleurs, la curiosité féminine s’est-elle trouvée aiguisée par le goût de l’étrange et de la merveille ? Enfin, la thématique invite à repenser le rapport de la curiosité à la rationalité scientifique qui modifie le champ de la science à l’époque moderne.