• Du 01 juillet 2016 au 01 septembre 2016


Le colloque "Voyageurs européens : migrations, exils, métissages et citoyennetés XIXè-XXè siècles Europe-Amérique", organisé par le CRINI (EA 1162) aura lieu les 4 et 5 octobre 2016. Les propositions de communication en français ou en espagnol sont à adresser d'ici le 1er septembre 2016.

Les migrations évoquent notamment les deux piliers du système international que sont la souveraineté (l'Etat) et la citoyenneté (la Nation). Elles interrogent la souveraineté nationale par la remise en cause de la notion de frontière qui, à l'échelon européen, s'exerce à distance, et à l'échelon mondial, s'est démultipliée avec les modes de gestion les plus divers (Michel Foucher). Les questionnements que suscitent les migrations - les exils, les métissages et la citoyenneté- constituent un champ de recherche propre au dialogue entre les disciplines.

Le colloque « Voyageurs européens : migrations, exils métissages et citoyennetés XIXè-XXè siècles Europe-Amérique» mettra l'accent sur les traces laissées au XIXe et XXe siècles par les migrations européennes dans les arts, la littérature, l'histoire, l'anthropologie, la philosophie et le droit. Les voyageurs européens au XIXe et XXe siècles ont été les vecteurs de nouvelles sensibilités et de nouvelles formes de citoyennetés, qui aujourd'hui sont au coeur des questionnements sur l'interculturalité et la transculturalité, objet des recherches du Centre de Recherches sur les Identités nationales et l'Interculturalité (CRINI) et seront l'objet en 2017-2018 de séminaires portant sur ces problématiques. Les sensibilités liées aux phénomènes migratoires dépassent en effet les frontières et permettent de construire de nouveaux objets de recherche dont l'originalité sera de les rattacher à la citoyenneté et à l'espace de la Ville. Le besoin de reconnaissance est l'une des manifestations de ces sensibilités et c'est ce même sentiment qui apparaît dans la notion de citoyenneté - droit de cité, droit d'un habitant d'un pays : le fait d'être reconnu comme « citoyen », c'est-à-dire comme «membre d'une ville ayant le statut de cité ».