• Le 21 janvier 2022 de 16:00 à 18:00
    false false
  • de 16h à 18h.
Gratuit sur inscription

Laurent Ropp : Patrimonialisation et mémoire communautaire : les guerres de Religion dans les musées protestants (France, XXe-XXIe siècles)

Le vif intérêt des réformés français pour leur histoire constitue, dès le XVIe siècle, un trait important de leur identité. Véritables « lieux de mémoire » protestants (cf. Joutard in Nora, dir., 1992), les musées fondés par des membres de cette minorité religieuse depuis le début du XXe siècle mettent en valeur l’histoire communautaire et le patrimoine huguenot. Même si la mémoire collective des héritiers de la Réforme se focalise avant tout sur les épisodes douloureux de l’Ancien Régime où les pères dans la foi peuvent être présentés comme des victimes héroïques, le passé huguenot ne se limite pas à la persécution. Ainsi les guerres de Religion du XVIe siècle (1562-1598) ont-elles été marquées par le soulèvement de la noblesse réformée et par des cruautés perpétrées par des calvinistes. Cette communication a pour ambition de déterminer dans quelle mesure les musées protestants consacrés partiellement aux affrontements interconfessionnels du XVIe siècle véhiculent des représentations stéréotypées des huguenots qui entretiennent la « culture des martyrs » de la minorité réformée (Benedict, Daussy, Léchot, dir., 2014). Elle s’appuiera principalement sur les expositions de quatre musées : le Musée de la Grange de Wassy (Haute-Marne), celui du Désert (à Mialet, dans le Gard), le Musée de la France protestante de l’Ouest (au Bois-Tiffrais, en Vendée) et celui de La Rochelle.

Laurent Ropp
Laurent Ropp, agrégé d’histoire, est doctorant contractuel en histoire moderne et contemporaine à Le Mans Université et au sein du laboratoire TEMOS (Temps, mondes, sociétés – UMR 9016). Depuis 2019, il prépare une thèse sur les mémoires protestantes des guerres de Religion (vers 1685-vers 2022) sous la direction de Céline Borello. Dans la continuité des recherches récentes sur l’image des affrontements interconfessionnels et sur la mémoire huguenote, sa recherche a pour objectif de réfléchir, dans la longue durée, à la manière dont les enjeux du présent influencent les représentations protestantes des guerres de Religion, en France et dans la diaspora. Ses communications scientifiques lors de colloques internationaux (Bordeaux, 2020 ; Montréal, 2021) portent sur des questions relatives aux mémoires et aux historiographies confessionnelles des troubles du XVIe siècle. Il est l’auteur, notamment, de deux articles parus dans des revues à comité de lecture :
  • « La violence des frères. Trois protestants méridionaux face aux massacres perpétrés par leurs coreligionnaires au temps des guerres de Religion », Revue d’histoire du protestantisme, t. 5, n°2-3, avril-septembre 2020, p. 197-223.
  • « Des tueries horribles ? Les violences religieuses dans la France du XVIe siècle selon les mémorialistes », in Antoine FOLLAIN (dir.), « Trop c’est trop ! Religion, justice et société devant l’inacceptable », Source(s). Arts, civilisation et histoire de l’Europe, n°14-15, 2019, p. 39-57.