Ce colloque international réunira des chercheurs et des professionnels qui s’interrogeront tant sur les exigences de la traduction spécialisée que sur l’exercice des métiers de la traduction. Les communications porteront sur tous les domaines susceptibles d’intéresser l’entreprise (finance, marketing, publicité, logistique, tourisme, droit, sites internet, assurance, etc.). Les communications, en français ou en anglais, concerneront les combinaisons de traduction entre un grand nombre de langues indo-européennes, notamment celles enseignées dans la Filière LEA de l’Université de Nantes.

Dans un contexte d’internationalisation croissante des entreprises, quels que soient leur taille (PME, PMI, entreprises de taille intermédiaire ou grande entreprise) et leur secteur d’activités, la traduction joue un rôle majeur dans la communication interne comme externe des entreprises. Ainsi, pour qu’une entreprise puisse conquérir de nouveaux  marchés, il est essentiel qu’elle introduise dans sa stratégie de développement des langues et des cultures qui ne sont pas celles d’origine, en particulier pour comprendre, et répondre aux attentes des consommateurs de ces nouveaux marchés. Pour cela, elle va devoir utiliser des moyens de communication qui ne cessent de se développer et de se renouveler (Maria Cristina Valdés Rodriguez, 2004).
Ce colloque multilingue se propose d’aborder la traduction dans ses liens avec l’entreprise selon des approches scientifiques et professionnelles, et de s’interroger tant sur les exigences de la traduction spécialisée que sur l’exercice des métiers de la traduction.
Selon le rapport de 2015 de la Société Française de Traduction (SFT) sur les tarifs pratiqués par les traducteurs, la traduction pragmatique (c’est-à-dire autre que littéraire) représente 96% du marché. Parmi les domaines les plus représentés, on trouve celui des industries et techniques (31% du marché), celui du juridique et du politique (19% du marché), celui des sciences pures et appliquées (15% du marché) et celui de l’économie et de la gestion (14% du marché). D’après ce même rapport, 75% des traducteurs déclarent être spécialisés à des niveaux variables.
La traduction pragmatique implique en effet une très bonne connaissance des domaines spécialisés dont elle relève (droit, économie, sciences, industries...). On remarque, à cet égard, que certains traducteurs bénéficient d’une double compétence, en langue et dans le domaine spécialisé concerné. La traduction pragmatique requiert également une maîtrise des genres spécifiques auxquels appartiennent les textes spécialisés, qui sont caractérisés par des spécificités discursives, lexicales et terminologiques qu’il est nécessaire d’analyser dans les deux langues-cultures. Ainsi, l’analyse comparée de la phraséologie et le repérage des « indices de conceptualisation » (Vandaele & Lubin, 2005) dans les textes spécialisés peuvent « fonder un grand nombre de décisions traductionnelles » (op.cit).
Au-delà de la spécialisation, la traduction pragmatique implique également la prise en compte du destinataire, dont le niveau de spécialisation dans le domaine concerné peut être variable, et sa bonne réception du message quelle que soit sa culture. Comme indiqué par Van der Yeught (2012 : 20) : « La valeur civilisationnelle a priori d’une LSP est inversement proportionnelle à son universalité ». Ainsi, plus le contenu culturel du texte source est marqué (comme c’est le cas en droit, par exemple, ou encore dans certaines textes relevant du marketing), plus la question de la stratégie de traduction (sourcière, cibliste, fonctionnelle) se pose avec acuité. Comment, dès lors, aborder l’interculturalité en traduction spécialisée ? Dans quelle mesure doit-on, ou peut-on, privilégier la culture cible au détriment des éléments culturels constitutifs du texte source ? Quels critères autorisent le franchissement des frontières culturelles et quels sont ceux qui obligent à le faire ? Quelles stratégies employer dans les cas où la culture du texte-source tend vers l’universalité ?
Le traducteur dispose d’un certain nombre d’outils pour exercer son art, comme les bases de données terminologiques et les logiciels de traduction, qui sont des aides précieuses mais non suffisantes : quelles sont leurs limites ? Comment y répondre ? En quoi la linguistique de corpus peut-elle constituer une ressource traductologique efficiente et complémentaire ?


Les communications se dérouleront en français et en anglais, mais elles concerneront les combinaisons de traduction entre un grand nombre de langues indo-européennes, notamment celles enseignées dans la Filière LEA de l’Université de Nantes.

Elles porteront sur la traduction pragmatique dans tous les domaines susceptibles d’intéresser l’entreprise (finance, marketing, publicité, logistique, tourisme, droit, sites internet, assurance, etc.).

Les problématiques s’inscrivent dans l’une des thématiques suivantes :
  • Formation des traducteurs
  • Traduction assistée par ordinateur (TAO), traduction automatique (TA) et post-édition
  • Traduction pragmatique et linguistique de corpus
  • Traduction interculturelle
  • Localisation
  • Traduction pragmatique et analyse de discours spécialisés (phraséologie, métaphores conceptuelles, lexique, terminologie...)
  • Nouvelles perspectives de recherche et professionnelles


Références :

  • Valdés Rodriguez, Maria Cristina. 2004. La traducción publicitaria : comunicación y cultura. Valencia : Universitat de Valencia, Servei de Publicacions.    
  • Vandaele, Sylvie et Leslie Lubin. 2005. « Approche cognitive de la traduction dans les langues de spécialité : vers une systématisation de la description de la conceptualisation métaphorique ». In Meta : Journal des traducteurs / Meta: Translators' Journal, vol. 50, n°2. 415-431
  • Van der Yeught, Michel. 2012. L’anglais de la bourse et de la finance – description et recherche. Paris : Ophrys.

Jeudi 16 mai

8h30-9h      
Accueil des participants


9h-9h15           
Ouverture du colloque
Didier Delorme, Doyen de la Faculté des Langues et Cultures Étrangères
François Lathuilière, Directeur de la Filière LEA

 
9h15-10h15
Conférence inaugurale  : « Les parlers d’entreprise »
Dardo de Vecchi, Professeur associé, Kedge Business School, Marseille 
Modératrice : Géraldine Galeote

10h15-10h45   
« Les frames comme tertium comparationis pour la représentation multilingue des connaissances spécialisées ? »
Laurent Gautier, Professeur en linguistique allemande et appliquée, Université de Bourgogne   
Modérateur : Johannes Dahm

10h45-11h
Pause café     
   

11h-11h30        
«Traduire le rapport annuel de la Banque des règlements internationaux : prérequis et difficultés » 

Frédéric Houbert, Traducteur juridique et financier, Le Havre"   
Modérateur : Christian Hounnouvi

11h30-12h       
«La spécialisation des traducteurs assermentés : une illusion ? »

Nayrouz Chapin, Docteure en études ibériques et en traduction, Université de Nantes
Modérateur : Christian Hounnouvi

12h-13h30      
Déjeuner  

    
13h45-14h45    
Conférence plénière :
« Parce qu’en plus il faut faire des corpus ? Ou pourquoi les corpus représentent-ils une aide complémentaire à la traduction spécialisée »
Natalie Kübler, Professeur en linguistique anglaise et traduction, Université Paris-Diderot"   
Modératrice : Isabelle Richard

14h45-15h15
« Corpus et mémoires de traduction : deux approches du lexique et de la phraséologie en traduction spécialisée »
Amélie Josselin-Leray, Maître de conférences, Université de Toulouse,
Caroline Rossi, Maître de conférences, Université Grenoble Alpes,
Véronique Sauron, Chargée d’enseignement en traduction juridique, Université de Genève
Modératrice : Julie McAllister

15h15-15h30
Pause café       

15h30-16h 
« Traduire pour vendre »
Louise Normandière, Traductrice, Angers
Modératrice : Jane Bayly

« Communication d’entreprise : où finit la traduction, où commence l’adaptation ? »
Laurence Cuzzolin, Traductrice-rédactrice associée, Trado Verso, Paris
Modératrice : Jane Bayly

Vendredi 17 mai

9h30-10h
« The client is [not] always right: what companies request and translation practice does not support »
José Ramon Calvo-Ferrer, Maître de conférences, Université d’Alicante
Modératrice : Martine Stirling

10h-10h30
« Translating health provider documentation for the Latino Community in 
California »
Miguel Ángel Campos-Pardillos, Professeur et traducteur assermenté, Université d’Alicante
Modératrice : Martine Stirling

10h30-10h45    
Pause café        

10h45-11h15
« Traduction automatique et biotraduction : le mariage forcé »
Thierry Grass, Professeur en terminologie et traduction
Christine Breyel, maître de conférences associé, Université de Strasbourg
Modératrice : Ruth Lambertz-Pollan

11h15-11h45   
 « Traduction marketing & transcréation »
Émilie Lefeuvre, Traductrice/Chef de projet, Nantes
Modératrice : Ruth Lambertz-Pollan

12h-13h30    
Déjeuner 

13h45-16h    
Table ronde :
"Pourrait-on considérer que le texte spécialisé une fois traduit serait plus intelligible que le texte initial ?

Jean-Claude Gémar (1998) « Les enjeux de la traduction juridique. Principes et nuances ».
"Peut-on parler de diversité culturelle dans la traduction pour les entreprises ?"
Rozenn Guennou, Traductrice Spécialiste de la communication d’entreprise
Christel Casanova, Traductrice technique et oenogie, italien/français
Thomas Young, Traducteur spécialisé dans les arts et le patrimoine culturel
Christian Hounnouvi, Maître de conférences en espagnol LEA
Modératrices ; Isabelle Richard et Géraldine Galeote

A
Itinéraire vers ce lieu Faculté des Langues et Cultures Étrangères (FLCE) Chemin la Censive du Tertre - BP 81227
Nantes
44300 Nantes